1600 postes supprimés chez Sanofi

26 juin 2020

CGT Groupe, Presse

 https://www.lci.fr/social/1000-postes-supprimes-chez-sanofi-en-france-on-n-a-pas-le-droit-de-laisser-la-sante-a-des-groupes-dont-le-seul-objectif-est-le-profit-deplore-un-delegue-cgt-2157726.html

« On n’a pas le droit de laisser la santé à des groupes dont le seul objectif est le profit », déplore un délégué CGT

1000 postes supprimés chez Sanofi : "On n'a pas le droit de laisser la santé à des groupes dont le seul objectif est le profit", déplore un délégué CGT
1600 postes supprimés chez Sanofi dans CGT Groupe
Social

CRI DU CŒUR – Après l’annonce de la suppression d’un millier d’emplois en France par le groupe pharmaceutique Sanofi, Jean-Louis Peyren, délégué syndicat CGT Sanofi, a réagi sur LCI.

26 juin 17:44 – La rédaction de LCI
Dans le cadre d’une « nouvelle stratégie », le géant pharmaceutique français Sanofi a annoncé ce vendredi la suppression de 1.700 emplois en Europe, dont un millier en France. Selon l’entreprise, ce plan de départs n’est pas lié aux conséquences du Covid-19, mais s’appuiera « exclusivement sur la base du volontariat » en s’étalant sur trois ans dans le cadre d’une restructuration.Pour Jean-Louis Peyren, délégué syndicat CGT Sanofi, cette annonce a fait l’effet d’un choc. « Malheureusement, avec Sanofi, nous commençons à nous habituer aux chocs », a-t-il affirmé sur LCI. « Cela fait 15 ans que nous vivons sous le choc, de restructuration en restructuration. »Pour lui, ce plan de départs volontaires est celui de trop. « Nous nous apercevons que ces restructurations ne vont que dans un sens et n’ont qu’un seul objectif : la profitabilité. Cela devient insupportable » après « 15 ans d’instabilité et de réorganisation », déplore-t-il, visiblement très ému (voir vidéo en tête de cet article). « Une société ne peut pas se développer dans l’instabilité. »

« Sanofi a plus de pouvoir qu’un État »

Par dépit, il en appelle au gouvernement et au président de la République, alors qu’Emmanuel Macron s’était rendu le 16 juin dernier au laboratoire Sanofi. « Nous continuerons à le faire, mais il faut se rendre à l’évidence : un groupe comme Sanofi est une firme qui a plus de pouvoir qu’un État », déclare Jean-Louis Peyren.« Nous avons beau avoir de beaux discours de notre présidence en disant que la France a retrouver sa souveraineté en termes de fabrications de médicaments, que l’Europe va retrouver son indépendance… Mais cette souveraineté et cette indépendance, nos États et la communauté européenne la donnent au privé », regrette le délégué syndical. « Au niveau de la CGT, nous avons du mal à comprendre comment nous pouvons avoir une souveraineté ou une indépendance quand elles dépendent du privé. »

Lire aussi

« Je me dis que je vis dans un monde où il y a un problème »

« Aujourd’hui, Sanofi est un groupe français, mais qui nous dit que demain, parce qu’il y a de meilleurs offrants ailleurs, les actionnaires ne donneront pas ce site à une société chinoise ? », demande Jean-Louis Peyren. « Sanofi est un groupe pharmaceutique, de santé. Nous n’avons pas le droit de laisser la santé à des groupes qui n’ont qu’un seul objectif : le profit. »Enfin, le délégué syndical regrette le montant qu’il estime versé aux actionnaires par l’entreprise dans laquelle il est salarié. « En 2020, Sanofi a versé 4 milliards de dividendes aux actionnaires », juge-t-il. « À la fin de l’année, on va nous dire qu’il faut donner au ‘Téléthon’, au ‘Sidaction’, au ‘Pasteurdon’ ? Et je travaille pour une entreprise qui est capable de donner 4 milliards aux actionnaires ? Et dans le même pays, des soignants doivent mettre des sacs poubelles pour se protéger ? Je me dis que je vis dans un monde où il y a un problème. »

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus