Les jeunes du monde en lutte pour le climat

1 février 2019

Presse

https://www.franceinter.fr/societe/les-jeunes-du-monde-en-lutte-pour-le-climat-ce-n-est-pas-orchestre-et-ca-va-durer?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3yWJRH9L3x_BN41AP4VKsg2-bhqHNTxrvebA6PRvc2fyZ_VfvCT-7ffd8#Echobox=1548997892

 

Les jeunes du monde en lutte pour le climat : « Ce n’est pas orchestré et ça va durer »

Publié le vendredi 1 février 2019 à 6h05

par France Inter

La jeune Suédoise Greta Thunberg a lancé un appel à une mobilisation de tous les jeunes du monde le 15 mars prochain. Plus largement, partout dans le monde, des jeunes se mobilisent et essaient de faire bouger les dirigeants… et les adultes. Le 15 mars, renverseront-ils la vapeur ?

Jeune fille manifestant pour le climat lors du forum de Davos en Suisse le 25 janvier 2019
Jeune fille manifestant pour le climat lors du forum de Davos en Suisse le 25 janvier 2019 © AFP / FABRICE COFFRINI

Le phénomène est généralisé dans le monde, il y a même « des vétérans » de l’action des jeunes en faveur du climat, de la planète et pour plus de justice.

Si les enfants se mobilisent partout dans le monde, cela émerge surtout là où ils sont surexposés. C’est le cas en Australie, où une grève a commencé il y a plusieurs mois, et où les populations souffrent gravement de la canicule ces jours-ci. C’est le cas aussi à Bali où la jeune Melati Wijsen œuvre depuis cinq ans, avec sa sœur, et a fait entendre raison au gouvernement balinais sur la pollution par les sacs plastiques. Des pays du nord de l’Europe, au Brésil, de Colombie aux États-Unis, partout des enfants alertent les adultes et vont jusqu’à intenter des actions en justice contre leur gouvernement.

En Europe, la suédoise Greta Thunberg a ainsi créé l’événement lors de la COP24, en s’adressant directement aux invités du forum de Davos, pour rappeler l’urgence à agir plus fortement pour limiter le réchauffement climatique.

À Bruxelles, chaque semaine, les jeunes manifestants sont de plus en plus nombreux dans les rues pour réclamer des changements profonds.

Flore Vasseur est co-productrice (avec Marion Cotillard et Denis Carot) du film Bigger than us, en cours de préparation, qui raconte cette mobilisation inédite. Pour elle, ce n’est pas un phénomène éphémère. « Ce n’est pas orchestré, c’est la juste cause d’une génération car cette histoire-là c’est leur monde. Ils vont en payer les conséquences et trouver les solutions », explique-t-elle.

« C’est un mouvement qui va durer et mon pari, c’est que le fait que des enfants se mobilisent est peut-être la seule chose qui puisse mettre les adultes d’accord, puisque la sauvegarde de la nature n’est pas un facteur de consensus. L’enfance permettra peut-être de dépasser tous les clivages. C’est mon pari.« 

Son film suit les pas de Melati Wijsen à la rencontre de tous les enfants en révolte pour plus de justice et pour une planète durable.

La France encore timide

Il n’y a pas encore de groupe fort en France, ni d’égérie à l’image de Melati Wijsen ou de Greta Thunberg, mais déjà une opération lancée sur YouTube le 15 novembre 2018, avec les youtubeurs les plus populaires, avait généré en un mois des défis et actions ponctuelles (ou pas) suivis par 350 000 personnes. Quelques groupes scolaires étaient venus se joindre aux défis.

Les jeunes Français n’ont pas encore pris l’habitude faire grève des cours le vendredi comme Greta Thunger. Toutefois, son appel à une journée internationale d’action le 15 mars n’est pas passé inaperçu dans les salles de classes.

Fridays For Future-France, qui vient d’ouvrir un fil Twitter avec quelques abonnés, appelle à commencer à faire grève dès ce vendredi (1er février).

Devant le succès des manifestations des jeunes Belges ces dernières semaines, à Troyes, en Champagne, un groupe promet de rivaliser avec eux prochainement.

Le club lycéen du Périgord, les idées vertes, entend aussi se mobiliser le 15 mars.

Il y a eu une tentative d’une lycéenne à Lafrançaise dans le Tarn-et-Garonne. Elle a signifié le 11 janvier à son professeur qu’elle ne travaillerait pas ce jour-là pour dénoncer « l’inaction des adultes face au réchauffement climatique ». Le principal lui a signifié qu’elle « ne pouvait pas faire grève en tant qu’élève ».

Pour Flore Vasseur, c’est une vieille manie d’adulte que de rappeler l’immaturité ou l’irresponsabilité des jeunes. « On qualifie cette génération des millenials de décérébrée, d’égoïste, de flemmarde. Mais qui sont les adultes qui ont décrété cela ? Pour moi ces qualificatifs s’appliquent aussi au monde des adultes. » Cette génération est-elle la dernière chance pour l’humanité de conserver une planète vivable ? « Je fais des portraits d’activistes depuis 15 ans, des portraits d’adultes qui s’adressent à d’autres adultes, et ça ne marche pas. Nous adultes, avons besoin de quelque chose qui viennent casser nos vieux schémas« , conclut Flore Vasseur.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus